logo

Select Sidearea

Populate the sidearea with useful widgets. It’s simple to add images, categories, latest post, social media icon links, tag clouds, and more.
hello@youremail.com
+1234567890

Trackers et ETF : Investir en Bourse – Guide 2021

Les trackers

 

Les ETF (aussi appelés « trackers » ou « fonds indiciels ») constituent sans doute le meilleur produit d’investissement financier pour réussir en bourse, que ce soit pour investir dans le monde entier (ETF World), en Europe, aux USA, ou en France (CAC 40). Avec un seul ordre, vous pouvez investir sur tout le CAC 40, le Nasdaq ou le S&P 500 par exemple ! Investissez en trackers pour mieux performer que 90 % des investisseurs en bourse. C’est la solution des investisseurs pragmatiques, qui ne veulent pas jouer en bourse mais investir en bourse. Rien de magique, c’est mathématique, une histoire de frais de gestion…(On vous explique pourquoi plus bas dans l’article).

Retrouvez les explications et toutes les informations importantes pour investir avec succès : le choix des meilleurs trackers en 2020, les trackers éligibles au PEA, le tracker World, l’intérêt de l’assurance-vie pour loger ses fonds indiciels, etc. Besoin de vous rafraichir la mémoire ? Lisez donc notre guide « la bourse pour les nuls ».

 

SOMMAIRE

  1. Qu’est-ce qu’un tracker ?
  2. Trackers géographiques et sectoriels.
  3. Comment investir en trackers ? Le choix de l’enveloppe fiscale pour acheter des trackers.
  4. Sur quels trackers investir ? Le choix de l’allocation.
  5. Questions fréquentes. L’essentiel à retenir.

 

Avec des frais de gestion minimes et une performance très généralement supérieure aux fonds d’investissement classiques (OPCVM, SICAV, FCP), le tracker est le produit d’investissement idéal pour investir en bourse. Cet avis est d’ailleurs partagé par le meilleur investisseur au monde : Warren Buffett recommande également les trackers.

Un tracker, aussi appelé ETF (Exchange Traded Fund) est un fonds répliquant la performance d’un indice (CAC 40, Nasdaq, etc.) ou d’une matière première telle que le pétrole par exemple. Ce type de fonds ne fait que répliquer un indice, ce qui lui vaut l’appellation de fonds passif, à l’opposé des fonds d’investissement actifs qui font des « paris » de gestion.

CARACTÉRISTIQUES TRACKERS (ETF) FONDS ACTIFS (OPCVM CLASSIQUES)
Objectif du gérant de fonds Répliquer la performance du marché Battre le marché
Type de gestion Passive Active
Frais de gestion par an (en moyenne) 0,25 % 2 %
Cotation En continu Quotidienne ou hebdomadaire (valeur liquidative)
Sur quelle enveloppe ? PEA, CTO, PEA-PME, bons PER et bonnes assurances-vie PEA, CTO, PEA-PME, PER et assurances-vie

Un exemple concret avec le tracker indiciel CAC 40

Vous souhaitez investir sur de grandes entreprises françaises, les titres du CAC 40 retiennent votre attention. Et pour être tout à franc, vous ne savez pas sur quel titre vous positionner. Dans ce cas, le tracker CAC 40 est la solution idéale. Au lieu d’acheter sans conviction quelques actions composant l’indice, acheter le tracker vous permet de reproduire la performance de l’indice CAC 40 et des 40 actions qui composent l’indice. En pratique, vous diversifiez et l’avantage est que vous n’avez pas 40 ordres à passer chez votre courtier, le tracker le fait pour vous. Ainsi, vous achetez tout le CAC 40 avec un seul ordre ! De même pour le Nasdaq, l’indice World, etc.

Simplicité et performance, les trackers sont une des meilleures solutions pour investir en bourse

89 % des gérants de fonds ne battent pas leur indice de référence. Et c’est encore pire à long terme ! Seuls les meilleurs des meilleurs arrivent à limiter la casse en cas de baisse des marchés tout en captant (et plus encore) la hausse. Il faut donc être très sélectif sur les UC (unités de compte) pour « miser sur le bon cheval ».

Par conséquent, le tracker est mieux adapté aux investisseurs passifs. Autrement dit, mieux pour toutes les personnes n’ayant ni le temps ni les connaissances pour faire du « stock picking » (sélection de titres ou de fonds) ou du « market timing ». Sachez que l’immense majorité des gérants de fonds ne bat pas les trackers sur la durée. A fortiori, le tracker est d’autant plus recommandé pour l’investisseur individuel, c’est à dire quasiment tout le monde.

Car nous ne sommes jamais à l’abri d’investir sur une société exposée à un risque managérial, à une crise (« diesel gate » par exemple), à un changement de loi, etc. Ainsi, investir sur quelques sociétés au pif (« stock picking ») est bien plus risqué qu’investir sur un tracker répliquant un indice composé de dizaines voire de centaines de sociétés. Vous pourrez ainsi diversifier facilement votre portefeuille actions en trackers.

Et comme toujours en bourse, il est recommandé d’appliquer la méthode DCA (dollar cost averaging) : investissement progressif et programmé. En pratique, il s’agit d’entrer progressivement sur le marché pour lisser et diminuer le risque d’entrer au mauvais moment. Par exemple investir 10 000 € en 5 mois x 2 000 €. Plus d’explications dans nos 4 bonnes pratiques de l’investissement en bourse.

Des frais de gestion très réduits

Pourquoi cette meilleure performance à long terme ? D’abord, parce que l’intelligence collective (le marché) bat très généralement l’intelligence individuelle (il faut être humble et le reconnaitre).

Mais c’est aussi parce que les trackers présentent un énorme avantage : les frais de gestion sont généralement autour de 0,20-0,30 % par an. Alors que des fonds actifs prennent en moyenne 2 % de frais de gestion par an. Sur le long terme, la différence est très importante et difficilement rattrapable : un gérant de fonds devra « surperformer » à long terme pour battre un tracker. Si vous préférez investir en fonds OPCVM actif, vous partez donc avec un gros handicap par rapport aux trackers : un « vent de face » de 2 ou 3 % par an, contre 0,25 % par an en moyenne pour les trackers.

Par ailleurs, en tant que fonds, les trackers ne sont pas soumis à la taxe sur les transactions financières (TTF). Donc vous évitez les 0,30 % de taxes à chaque achat.

Concrètement, sur quoi pourrez-vous investir avec les trackers ?

Les trackers (ETF) sont généralement des fonds indiciels, qui répliquent l’indice d’une zone géographique : CAC 40 pour la France, Euro Stoxx 50 pour la zone Euro, le S&P 500 pour les USA, le Topix pour le Japon, le MSCI World pour tous les pays développés, etc. Mais on trouve aussi des trackers sectoriels pour répliquer la performance d’un secteur économique : eau, santé, immobilier, robotique et intelligence artificielle, technologies de l’information, matières premières, etc.

Europe, USA, Japon, Chine, Inde, Afrique, Russie, émergents, monde entier…

Les trackers permettent d’investir dans toutes les régions du monde : États-Unis, Europe, Asie, Japon, pays émergents, etc. Ainsi vous pouvez cibler un pays en particulier, ou une zone géographique, ou un continent voire le monde entier en investissant sur un seul tracker. Et ce même sur le PEA !

C’est l’instrument idéal pour diversifier son portefeuille actions sur le monde entier, donc pour limiter le risque. Vous trouverez plus bas un tableau avec les trackers les plus populaires par grande zone géographique.

Note de Nicolas : les trackers sectoriels sont moins recommandés que les trackers géographiques : ce sont plutôt des investissements de « conviction ».

Technologie, biotechnologie, santé, eau, immobilier, marijuana, robotique et intelligence artificielle, religion, environnement, ISR, etc.

Les trackers ne se limitent pas à reproduire les grands indices mondiaux. Vous pouvez également vous positionner sur des secteurs spécifiques grâce aux trackers sectoriels. Il y a même un tracker pour les entreprises dans le secteur de la marijuana ! Par ailleurs, les entreprises des technologies de l’information ont obtenu une excellente performance sur les dernières années, un tracker permet aussi de se positionner sur ces valeurs. Rappel : il s’agit d’une liste à titre informatif uniquement et non d’une recommandation d’achat.

  • Eau Lyxor MSCI Water
  • Santé Lyxor MSCI World Health (notre article sur les trackers biotech et santé).
  • Technologies de l’information (plus ciblé que l’indice Nasdaq) : Lyxor MSCI Information Technology (non éligible au PEA).
  • Bitcoin : COINXBE (ISIN : SE0007525332). Disponible sur CTO (compte-titres ordinaire). Attention, les cryptomonnaies sont très spéculatives ! Notre dossier complet sur l’investissement en cryptomonnaie.
  • Immobilier Amundi EPRA (indice NAREIT Developed = monde entier) ou EEA (zone euro) ou MWO (monde entier). Trackers disponibles seulement en compte-titres ordinaire. Seul le tracker PMEH (Europe) est éligible PEA.
  • Marijuana HMLSF (North American Medical Marijuana Index). Le cannabis est depuis peu légalisé aux États-Unis pour ses vertus médicinales.
  • Terres rares : Vaneck Rare Earth (US92189H8051 – REMX). Cet ETF cote en dollar, donc disponible seulement sur CTO. Pour investir dans 21 sociétés de production, raffinage et recyclage de terres rares, métaux et minéraux stratégiques.
  • Robotique et intelligence artificielle : Lyxor Robotics & AI UCITS ETF. Investissez dans l’indice « Rise of the Robots ».
  • Religion musulmane iShares MSCI World islamic UCITS ETF pour respecter vos convictions religieuses et renoncer aux intérêts.
  • Respect de l’environnement BNP Paribas Easy Low Carbon 100 Europe UCITS ETF en accord avec vos convictions écologiques (empreinte carbone limitée).
  • Investissement socialement responsable (ISR) : UBS ETF MSCI World Socially responsible.
  • Label ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) : Lyxor MSCI EMU ESG Trend Leaders (DR) UCITS ETF. Il s’agit d’un tracker éligible au PEA.
  • Marché obligataire Lyxor PEA Obligations d’Etat Euro. Il s’agit d’un tracker pour investir sur les emprunts d’État de la zone euro. Étonnant de pouvoir investir en obligations sur le PEA, mais ce tracker est bien éligible au PEA ! Attention, en cas de hausse des taux, le cours de ce tracker obligataire chutera.
  • Private equity : ETF Lyxor PRIVEX (ISIN : LU1812091947). Notre avis sur le private equity : des actions non cotées, plus risquées et volatiles que les traditionnelles actions cotées en bourse. Ce tracker n’est pas éligible au PEA, mais accessible via l’excellente assurance vie Placement-direct Darjeeling (notre avis sur ce contrat). Attention, en réalité ce tracker investit sur des sociétés de gestion en Private Equity, et non sur un portefeuille d’actions non cotées.
  • Stratégie dividendes : Lyxor Stoxx Europe Select Div 30. Il s’agit d’un tracker qui regroupe 30 sociétés Européennes avec un fort dividende en croissance. Tracker distribuant les dividendes.

Matières premières

Vous pouvez trouver des trackers avec un panier diversifié de matières premières tel que le Lyxor CRB (énergie, agricole, métaux de base, métaux précieux, bétail). Par ailleurs, un autre ETF Lyxor est concentré sur l’énergie et les métaux.

Si vous voulez cibler particulièrement l’or, il existe entre autre le tracker WisdomTree Physical Gold. Nous vous invitons à lire notre dossier complet sur l’or.

Comment investir en trackers ? Le choix de l’enveloppe fiscale pour acheter des trackers

Vous pouvez investir en trackers sur 3 enveloppes différentes : sur un plan d’épargne en actions (PEA), en assurance-vie et sur compte-titres ordinaire (CTO). Alors quelle enveloppe privilégier pour acheter des trackers ? Pour rappel, vous pouvez détenir autant de CTO et d’assurances-vie que vous souhaitez, mais vous êtes limité à un seul PEA.

Investir en trackers sur PEA

Le plan d’épargne en actions (PEA) est l’enveloppe à privilégier en raison d’une fiscalité avantageuse et aussi de frais réduits à long terme. En effet, vous ne payez pas de frais de gestion annuels, contrairement à l’assurance-vie. Sachez qu’un grand nombre de trackers sont éligibles PEA, même quand ils concernent des régions hors de l’Europe, tels que ceux présentés dans le tableau plus bas. Concrètement, comment acheter des trackers en PEA ? Nous vous invitons à lire ici comment passer des ordres en PEA.

Investir en trackers en assurance-vie

L’assurance-vie est également une enveloppe intéressante au niveau fiscal, car vous pouvez éviter de payer l’impôt sur le revenu après les 8 ans de votre assurance-vie. Néanmoins, vous aurez des frais de gestion sur les unités de comptes (les trackers sont considérés comme des unités de compte). Ces frais représentent généralement 0,60 % par an sur les encours dans une bonne assurance-vie.

Ceci dit, le fonds euro en assurance-vie permet de sécuriser et de rémunérer votre épargne quand vous voulez vendre vos trackers, ou dans l’attente d’investir progressivement. Nous vous invitons à lire notre comparatif des assurances-vie (Boursorama, Fortuneo, Linxea, etc.) pour plus d’informations.

Investir en trackers en compte-titres ordinaire

Par ailleurs, le compte-titres ordinaire (CTO) permet aussi d’investir en trackers. Mais la fiscalité n’est pas aussi avantageuse que le PEA, et il n’y a pas la commodité de l’assurance-vie qui permet d’investir aussi en fonds euro à capital garanti.

Avis de Nicolas : nous avons comparé et l’idéal est d’investir en PEA. Mais choisissez un bon courtier en bourse : sans droit de garde, avec de faibles frais de courtage et des trackers bien référencés. Ainsi Fortuneo (voir les détails ici) est notre courtier préféré pour investir en trackers. Et si vous préférez l’assurance-vie pour loger vos trackers, pensez à regarder le choix d’ETF proposés dans le contrat : Linxea Avenir est réputé pour son grand choix de trackers (y compris les ETF ISR, pour investissement socialement responsable). Par ailleurs, si vous souhaitez déléguer, l’assurance-vie en gestion pilotée Yomoni est investie en trackers exclusivement (notre comparatif des gestions pilotées : Yomoni et Nalo investissent en trackers).

Sur quels trackers investir ? Le choix de l’allocation en trackers

Vous vous demandez certainement quels trackers choisir. En effet, il y en a des dizaines, vous avez l’embarras du choix. Pour faire simple et efficace, il faut privilégier les trackers reproduisant la performance des indices boursiers des grandes économies (ou même de l’économie mondiale dans son ensemble, c’est à dire le tracker World). Si vous voulez aller plus loin, nous expliquons en détail dans cet autre article tous les critères à prendre en compte pour bien choisir ses trackers.

Diversifier la géographie de son portefeuille actions en trackers éligibles PEA

Le tableau ci-dessous liste les trackers les plus populaires pour investir par zone géographique. Tous ces trackers sont éligibles PEA. Et ils sont aussi disponibles sur compte-titres ordinaire (CTO) et sur quelques bonnes assurances vie. Vous pouvez cliquer sur le code ISIN pour accéder à la fiche détaillée du produit. En effet, à chaque fonds et titre en bourse est attaché un code ISIN : l’ISIN est un véritable « numéro de carte d’identité financière ».

ZONE GÉOGRAPHIQUE TRACKER
CODE ISIN
DEVISE DIVIDENDES FRAIS ANNUELS COMPOSITION
Monde entier Lyxor World (EWLD)
FR0011869353
Capitalisant 0,45 % Indice MSCI World : USA (66%), Japon (8%), UK (4%), Europe, Canada, etc.
Monde entier Amundi MSCI World (CW8)
LU1681043599
Capitalisant/
Distribuant
0,38 % Indice MSCI World : USA (66%), Japon (8%), UK (4%), Europe, Canada, etc.
USA Lyxor S&P 500
FR0011871128
Capitalisant 0,15 % Indice S&P 500 : 500 plus grosses entreprises américaines
USA Amundi ETF PEA S&P 500 (PE500)
FR0013412285
Capitalisant 0,15 % Indice S&P 500 : 500 plus grosses entreprises américaines
USA Amundi ETF PEA S&P 500 Daily Hedged (P500H)
FR0013412293
€ hedgé Capitalisant/
Distribuant
0,28 % Indice S&P 500 : 500 plus grosses entreprises américaines
USA Lyxor PEA Nasdaq 100 (PUST)
FR0011871110
Capitalisant 0,30 % Indice Nasdaq 100 : Secteur technologique des USA
USA Amundi RUSSEL 2000 (RS2K)
LU1681038672
Capitalisant 0,35 % Indice RUSSEL 2000 : Petites capitalisations américaines
Europe Amundi ETF PEA MSCI Europe (PCEU)
FR0013412038
Capitalisant 0,15 % Indice MSCI Europe : Grandes et moyennes capitalisations européennes
Europe BNPP Easy STOXX Europe 600
FR0011550193
Capitalisant/
Distribuant
0,20 % Indice STOXX Europe 600 : Toutes capitalisations européennes
Europe Lyxor EURO STOXX 50
FR0007054358
Distribuant 0,20 % Indice EURO STOXX 50 : 50 plus grandes capitalisations de la zone Euro
Europe BNPP Europe Small Caps
LU1291101555
Capitalisant 0,25 % Indice MSCI Europe Small Caps : Petites capitalisations européennes
Japon Amundi ETF PEA Japan TOPIX (PTPXE)
FR0013411980
Capitalisant 0,20 % Indice TOPIX : Grandes entreprises japonaises
Japon Lyxor TOPIX
FR0011884121
€ hedgé Capitalisant 0,45 % Indice TOPIX : Grandes entreprises japonaises
Pays émergents Lyxor Emergents (PLEM)
FR0011440478
Capitalisant 0,55 % Indice MSCI Emerging markets : Chine (46%), Taiwan (13%), Corée (12%), Inde (8%), Brésil (4%), etc.
Pays émergents Amundi ETF PEA MSCI Emerging markets (PAEEM)
FR0013412020
Capitalisant/
Distribuant
0,20 % Indice MSCI Emerging markets : Chine (46%), Taiwan (13%), Corée (12%), Inde (8%), Brésil (4%), etc.

Le tableau ci-dessus présente des trackers actions couvrants de grandes zones géographiques : Monde, USA, Europe, Japon et pays émergents. Pour investir sur une zone, vous avez généralement le choix entre les trackers Lyxor (Société Générale) et Amundi (Crédit Agricole) qui sont les 2 principaux émetteurs de trackers en France. Si vous souhaitez plus d’informations, nous vous invitons à voir le comparateur de trackers en page Outils.

Trackers hedgés ou non hedgés ?

Notez que l’indice S&P 500 représente les actions américaines en dollars, alors la performance du tracker est sensible au cours de change €/$. Il existe donc des trackers couverts (« hedgés ») contre le risque de change, tel que le tracker Amundi SP500 hedgé.

Les trackers hedgés sont un peu plus chargés en frais (liés au delta entre les taux d’intérêt européens de la BCE et américains de la FED), mais ils neutralisent le risque de change entre devises. Par exemple, il peut être utile de choisir un tracker USA hedgé (on se couvre sur l’évolution Euro / Dollar) et un tracker Japon hedgé (on se couvre sur l’évolution euro / yen). Ceci dit, si les taux de la FED sont inférieurs aux taux de la BCE, le coût du hedge Euro / Dollar peut devenir négatif !

Sachez que si vous investissez à très long terme (plus de 15 ans) le hedge se justifie moins. Car les mouvements des devises sont cycliques, donc en investissant sur le temps long on ne subit généralement pas ces mouvements.

2 allocations de trackers simples et équilibrées pour couvrir le marché mondial des actions

Nous présentons ici deux portefeuilles de trackers faciles à mettre en place. Le premier est le plus facile et conviendra à l’essentiel des épargnants qui souhaitent investir sur les fonds indiciels.

Un portefeuille avec un seul tracker World

Vous pouvez vous contenter d’investir sur un seul tracker World pour être diversifié en actions au niveau mondial, plutôt que d’acheter des centaines d’actions différentes. Moins de frais d’ordre et plus de diversification. Avec un seul ETF World (Amundi ou Lyxor), on investit sur les 1 650 plus grandes sociétés mondiales.

C’est une solution facile et efficace : une allocation en tracker on ne peut plus « lazy » pour du long terme.

Un portefeuille de 3 ou 4 trackers pour reproduire le tracker World

Vous pouvez aussi reproduire le tracker World en le décomposant avec 3 ou 4 trackers :

  • 60 % sur les USA (vous pouvez hedger) ;
  • 30 % sur l’Europe ;
  • 10 % sur le Japon (vous pouvez hedger).

Cela vous permettra de gérer plus finement, avec des trackers encore plus économiques. Et puis cela peut permettre d’introduire la couverture sur les devises (hedge).

Ceci dit, par rapport au tracker World il manquera certains pays, comme le Canada, l’Australie ou Hong Kong. De plus, cela demande un plus gros « budget actions ». Et il faut plus de motivation et de discipline pour rééquilibrer régulièrement (semestriellement) l’allocation entre plusieurs trackers sur le long terme.

Note de Nicolas : vous pouvez éventuellement introduire un 4ème tracker – sur les pays émergents – pour 5 % maximum de votre allocation en rognant sur le Japon. Ceci dit, les pays émergents sont en forte croissance, mais leur marché action reflète mal le dynamisme de leur économie…donc leur performance boursière est rarement à la hauteur de la croissance de leur PIB.

Suggestion d’allocation équilibrée, pour reproduire le tracker World :

 

Diversification des trackers : USA, Europe, Japon

 

 

 

Trackers distribuant ou capitalisant ? La prise en compte des dividendes

C’est un point important à regarder avant de valider le choix d’un tracker. Il existe deux types de politique vis-à-vis des dividendes :

  • Tracker distribuant : les dividendes sont détachés. C’est à dire que vous percevez dans la poche espèces de votre PEA (ou compte-titres) les dividendes perçus par le fonds indiciel.
  • Tracker capitalisant : les dividendes sont automatiquement réinvestis dans le tracker.

Le second choix est plus simple à gérer car vous n’avez pas à passer d’ordres périodiquement pour réinvestir les dividendes. D’autant plus si vous investissez en compte-titres (CTO) : avec un tracker capitalisant, vous éviterez d’être taxé à chaque détachement de dividende, puisqu’il y aura capitalisation des dividendes au lieu de distribution. Dans les 2 cas, Fortuneo est un bon choix de courtier en bourse (notre comparatif PEA) car les trackers sont bien référencés et il y a généralement des ordres offerts (et les frais de transfert de compte offerts quand on vient d’une autre banque).

Questions fréquentes. L’essentiel à retenir

Comment fonctionne un tracker/ETF en bourse ?

Le principe des trackers (aussi appelés fonds indiciels ou ETF) est de répliquer la performance d’un indice boursier de référence (CAC 40, Nasdaq, etc.). Par exemple si le CAC 40 fait +10 %, alors le tracker CAC 40 fait également +10 %. En pratique, avec ce tracker on achète tout le CAC 40 en un seul ordre, plutôt que de passer 40 ordres d’achat pour les 40 sociétés composant l’indice. Il s’agit de gestion passive pour coller au marché, au contraire de la gestion active qui cherche à battre le marché. Techniquement, les dividendes des entreprises composant l’indice peuvent être capitalisés ou distribués, dans tous les cas ils reviennent bien à l’investisseur.

Quels sont les avantages des trackers ?

Plusieurs avantages à investir en trackers plutôt qu’en fonds actifs ou titres vifs. D’abord la diversification, puisqu’avec un tracker on peut investir sur tout un indice (des dizaines voire centaines de sociétés) avec un seul ordre. Ensuite, l’efficacité, car obtenir la performance du marché c’est déjà faire mieux qu’environ 90 % des gérants actifs sur le long terme. De plus, c’est moins chronophage que de chercher un fonds actifs qu’on espère meilleur que les autres de la même catégorie. Enfin, c’est économique car les frais de gestion sont faibles et il n’y a pas de taxe sur les transactions financières (TTF) sur les trackers.

Comment investir en tracker ?

Il est possible d’investir en tracker via différentes enveloppes : plan d’épargne actions (PEA), assurance vie et compte-titres ordinaire (CTO). Fiscalement, le PEA et l’assurance vie sont les meilleurs choix. Mais il faut bien choisir son assurance vie (en gestion libre ou pilotée) car toutes ne proposent pas des trackers dans leur choix d’unités de compte. En pratique par rapport au PEA, l’assurance vie offre l’avantage de se replier sur fonds euro sécurisé et rémunéré, mais il y a des frais de gestion assureur annuels.

Pourquoi les frais de gestion des trackers sont-ils plus faibles que les fonds actifs ?

Le principe d’un tracker (on parle aussi de fonds indiciel) est de reproduire la performance d’un indice de référence. Cet objectif peut être accompli avec un seul ingénieur financier, car la gestion est en grande partie automatisée. C’est économique en termes de masse salariale. A contrario, les fonds de gestion actifs paient des équipes d’analystes financiers pour réaliser le travail approfondi d’analyse des entreprises cotées et de sélection des actions considérées comme plus prometteuses que les autres.

Pourquoi la performance des trackers est-elle en moyenne supérieure à celle des fonds actifs ?

Les études montrent que les trackers (ETF) offrent en moyenne une performance supérieure à celle des fonds de gestion active, et d’autant plus sur le long terme. Cela s’explique notamment en raison des très faibles frais de gestion qui s’appliquent sur les trackers. Les fonds de gestion actifs dans leur majorité ne parviennent pas à compenser leurs coûts de fonctionnement plus élevés (essentiellement les équipes d’analystes financiers). En moyenne 2 % de frais supplémentaires par an pour les fonds actifs, ce qui pèse lourd à long terme. De plus, la multiplication des mouvements des gérants actifs s’avère généralement contreproductive à long terme (mauvais choix tactiques et stratégiques) et ils ne parviennent que très rarement à surperformer leur indice de référence.

Quels sont les trackers les plus populaires ?

2 trackers se partagent la vedette en France, pour suivre l’indice MSCI World et investir avec un seul ordre sur les 1600 plus grandes sociétés du monde. Il s’agit des trackers World de Lyxor (EWLD) et Amundi (CW8). Par ailleurs, il y a des modes sur des trackers sectoriels (technologie, immobilier, énergie, matières premières, etc.) mais ce sont plutôt des achats « de conviction ».

Faut-il privilégier les trackers capitalisant les dividendes ?

Vis-à-vis des dividendes, il existe 2 types de trackers : ceux capitalisant les dividendes (qui sont automatiquement réinvestis dans le tracker) et ceux distribuant les dividendes. Ceci dit, in fine c’est toujours l’investisseur qui gagne les dividendes.
Le choix du type de tracker dépend du compte sur lequel les trackers sont logés. Si les trackers sont logés sur un compte-titres ordinaire (CTO), opter pour un tracker capitalisant permet de limiter le frottement fiscal (car les dividendes non distribués sont pleinement réinvestis par le fonds). À l’inverse, si les dividendes sont détachés sur le CTO, l’investisseur devra payer l’impôt sur les dividendes dans l’année, ce qui n’est pas le cas si le tracker est logé au sein d’un plan d’épargne en actions (PEA) ou d’une assurance vie. En phase de consommation, le rentier peut apprécier la politique de distribution des dividendes.


Pour investir en actions sur le long terme, les trackers sont la solution la plus pragmatique : plus de performance avec moins de temps passé à gérer. Ainsi, vous pourrez vous concentrer sur ce qui vous importe le plus : votre vie de famille, votre carrière, etc. Un PEA avec 2, 3 ou 4 trackers conservés sur le long terme peut suffire, choisissez donc le meilleur PEA ! Et si vous préférez déléguer plutôt que d’investir de façon autonome, Yomoni est une excellente assurance-vie en gestion pilotée investie en trackers. Le temps est votre allié, il faut seulement être discipliné sur le long terme.

Par ailleurs, vous n’allez certainement pas investir tout votre patrimoine en actions. Ainsi il est recommandé de diversifier en fonds euros sécurisés : lisez donc notre article sur les meilleures assurances-vie.

 

Les ETF (aussi appelés « trackers » ou « fonds indiciels ») constituent sans doute le meilleur produit d’investissement financier pour réussir en bourse, que ce soit pour investir dans le monde entier (ETF World), en Europe, aux USA, ou en France (CAC 40). Avec un seul ordre, vous pouvez investir sur tout le CAC 40, le Nasdaq ou le S&P 500 par exemple ! Investissez en trackers pour mieux performer que 90 % des investisseurs en bourse. C’est la solution des investisseurs pragmatiques, qui ne veulent pas jouer en bourse mais investir en bourse. Rien de magique, c’est mathématique, une histoire de frais de gestion…(On vous explique pourquoi plus bas dans l’article).

 

Retrouvez les explications et toutes les informations importantes pour investir avec succès : le choix des meilleurs trackers en 2020, les trackers éligibles au PEA, le tracker World, l’intérêt de l’assurance-vie pour loger ses fonds indiciels, etc.

 

SOMMAIRE

 

  • Qu’est-ce qu’un tracker ?
  • Trackers géographiques et sectoriels.
  • Comment investir en trackers ? Le choix de l’enveloppe fiscale pour acheter des trackers.
  • Sur quels trackers investir ? Le choix de l’allocation.
  • Questions fréquentes. L’essentiel à retenir.

 

Avec des frais de gestion minimes et une performance très généralement supérieure aux fonds d’investissement classiques (OPCVM, SICAV, FCP), le tracker est le produit d’investissement idéal pour investir en bourse. Cet avis est d’ailleurs partagé par le meilleur investisseur au monde : Warren Buffett recommande également les trackers.

 

QU’EST-CE QU’UN TRACKER ?

 

Un tracker, aussi appelé ETF (Exchange Traded Fund) est un fonds répliquant la performance d’un indice (CAC 40, Nasdaq, etc.) ou d’une matière première telle que le pétrole par exemple. Ce type de fonds ne fait que répliquer un indice, ce qui lui vaut l’appellation de fonds passif, à l’opposé des fonds d’investissement actifs qui font des « paris » de gestion.

 

 

UN EXEMPLE CONCRET AVEC LE TRACKER INDICIEL CAC 40

 

Vous souhaitez investir sur de grandes entreprises françaises, les titres du CAC 40 retiennent votre attention. Et pour être tout à franc, vous ne savez pas sur quel titre vous positionner. Dans ce cas, le tracker CAC 40 est la solution idéale. Au lieu d’acheter sans conviction quelques actions composant l’indice, acheter le tracker vous permet de reproduire la performance de l’indice CAC 40 et des 40 actions qui composent l’indice. En pratique, vous diversifiez et l’avantage est que vous n’avez pas 40 ordres à passer chez votre courtier, le tracker le fait pour vous. Ainsi, vous achetez tout le CAC 40 avec un seul ordre ! De même pour le Nasdaq, l’indice World, etc.

 

Simplicité et performance, les trackers sont une des meilleures solutions pour investir en bourse

 

89 % des gérants de fonds ne battent pas leur indice de référence. Et c’est encore pire à long terme ! Seuls les meilleurs des meilleurs arrivent à limiter la casse en cas de baisse des marchés tout en captant (et plus encore) la hausse. Il faut donc être très sélectif sur les UC (unités de compte) pour « miser sur le bon cheval ».

 

Par conséquent, le tracker est mieux adapté aux investisseurs passifs. Autrement dit, mieux pour toutes les personnes n’ayant ni le temps ni les connaissances pour faire du « stock picking » (sélection de titres ou de fonds) ou du « market timing ». Sachez que l’immense majorité des gérants de fonds ne bat pas les trackers sur la durée. A fortiori, le tracker est d’autant plus recommandé pour l’investisseur individuel, c’est à dire quasiment tout le monde.

 

Car nous ne sommes jamais à l’abri d’investir sur une société exposée à un risque managérial, à une crise (« diesel gate » par exemple), à un changement de loi, etc. Ainsi, investir sur quelques sociétés au pif (« stock picking ») est bien plus risqué qu’investir sur un tracker répliquant un indice composé de dizaines voire de centaines de sociétés. Vous pourrez ainsi diversifier facilement votre portefeuille actions en trackers.

 

Et comme toujours en bourse, il est recommandé d’appliquer la méthode DCA (dollar cost averaging) : investissement progressif et programmé. En pratique, il s’agit d’entrer progressivement sur le marché pour lisser et diminuer le risque d’entrer au mauvais moment. Par exemple investir 10 000 € en 5 mois x 2 000 €. Plus d’explications dans nos 4 bonnes pratiques de l’investissement en bourse.

 

Des frais de gestion très réduits

 

Pourquoi cette meilleure performance à long terme ? D’abord, parce que l’intelligence collective (le marché) bat très généralement l’intelligence individuelle (il faut être humble et le reconnaitre).

 

Mais c’est aussi parce que les trackers présentent un énorme avantage : les frais de gestion sont généralement autour de 0,20-0,30 % par an. Alors que des fonds actifs prennent en moyenne 2 % de frais de gestion par an. Sur le long terme, la différence est très importante et difficilement rattrapable : un gérant de fonds devra « surperformer » à long terme pour battre un tracker. Si vous préférez investir en fonds OPCVM actif, vous partez donc avec un gros handicap par rapport aux trackers : un « vent de face » de 2 ou 3 % par an, contre 0,25 % par an en moyenne pour les trackers.

 

Par ailleurs, en tant que fonds, les trackers ne sont pas soumis à la taxe sur les transactions financières (TTF). Donc vous évitez les 0,30 % de taxes à chaque achat.

 

Concrètement, sur quoi pourrez-vous investir avec les trackers ?

 

TRACKERS GÉOGRAPHIQUES ET SECTORIELS

 

Les trackers (ETF) sont généralement des fonds indiciels, qui répliquent l’indice d’une zone géographique : CAC 40 pour la France, Euro Stoxx 50 pour la zone Euro, le S&P 500 pour les USA, le Topix pour le Japon, le MSCI World pour tous les pays développés, etc. Mais on trouve aussi des trackers sectoriels pour répliquer la performance d’un secteur économique : eau, santé, immobilier, robotique et intelligence artificielle, technologies de l’information, matières premières, etc.

 

Europe, USA, Japon, Chine, Inde, Afrique, Russie, émergents, monde entier…

 

Les trackers permettent d’investir dans toutes les régions du monde : États-Unis, Europe, Asie, Japon, pays émergents, etc. Ainsi vous pouvez cibler un pays en particulier, ou une zone géographique, ou un continent voire le monde entier en investissant sur un seul tracker. Et ce même sur le PEA !

 

C’est l’instrument idéal pour diversifier son portefeuille actions sur le monde entier, donc pour limiter le risque. Vous trouverez plus bas un tableau avec les trackers les plus populaires par grande zone géographique.

 

Trackers sectoriels

 

Technologie, biotechnologie, santé, eau, immobilier, marijuana, robotique et intelligence artificielle, religion, environnement, ISR, etc.

 

Les trackers ne se limitent pas à reproduire les grands indices mondiaux. Vous pouvez également vous positionner sur des secteurs spécifiques grâce aux trackers sectoriels. Il y a même un tracker pour les entreprises dans le secteur de la marijuana ! Par ailleurs, les entreprises des technologies de l’information ont obtenu une excellente performance sur les dernières années, un tracker permet aussi de se positionner sur ces valeurs. Rappel : il s’agit d’une liste à titre informatif uniquement et non d’une recommandation d’achat.

 

  • Eau : Lyxor MSCI Water
  • Santé : Lyxor MSCI World Health
  • Technologies de l’information (plus ciblé que l’indice Nasdaq) : Lyxor MSCI Information Technology (non éligible au PEA).
  • Bitcoin : COINXBE (ISIN : SE0007525332). Disponible sur CTO (compte-titres ordinaire). Attention, les cryptomonnaies sont très spéculatives !
  • Immobilier : Amundi EPRA (indice NAREIT Developed = monde entier) ou EEA (zone euro) ou MWO (monde entier). Trackers disponibles seulement en compte-titres ordinaire. Seul le tracker PMEH (Europe) est éligible PEA.
  • Marijuana : HMLSF (North American Medical Marijuana Index). Le cannabis est depuis peu légalisé aux États-Unis pour ses vertus médicinales.
  • Robotique et intelligence artificielle : Lyxor Robotics & AI UCITS ETF. Investissez dans l’indice « Rise of the Robots ».
  • Religion musulmane : iShares MSCI World islamic UCITS ETF pour respecter vos convictions religieuses et renoncer aux intérêts.
  • Respect de l’environnement : BNP Paribas Easy Low Carbon 100 Europe UCITS ETF en accord avec vos convictions écologiques (empreinte carbone limitée).
  • Investissement socialement responsable (ISR) : UBS ETF MSCI World Socially responsible.
  • Label ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) : Lyxor MSCI EMU ESG Trend Leaders (DR) UCITS ETF. Il s’agit d’un tracker éligible au PEA.
  • Marché obligataire : Lyxor PEA Obligations d’Etat Euro. Il s’agit d’un tracker pour investir sur les emprunts d’État de la zone euro. Étonnant de pouvoir investir en obligations sur le PEA, mais ce tracker est bien éligible au PEA ! Attention, en cas de hausse des taux, le cours de ce tracker obligataire chutera.
  • Private equity : ETF Lyxor PRIVEX (ISIN : LU1812091947): des actions non cotées, plus risquées et volatiles que les traditionnelles actions cotées en bourse. Ce tracker n’est pas éligible au PEA, mais accessible via l’excellente assurance vie Placement-direct Darjeeling . Attention, en réalité ce tracker investit sur des sociétés de gestion en Private Equity, et non sur un portefeuille d’actions non cotées.
  • Stratégie dividendes : Lyxor Stoxx Europe Select Div 30. Il s’agit d’un tracker qui regroupe 30 sociétés Européennes avec un fort dividende en croissance. Tracker distribuant les dividendes

 

 

Matières premières

 

Vous pouvez trouver des trackers avec un panier diversifié de matières premières tel que le Lyxor CRB (énergie, agricole, métaux de base, métaux précieux, bétail). Par ailleurs, un autre ETF Lyxor est concentré sur l’énergie et les métaux.

Si vous voulez cibler particulièrement l’or, il existe entre autre le tracker WisdomTree Physical Gold.

 

COMMENT INVESTIR EN TRACKERS ? LE CHOIX DE L’ENVELOPPE FISCALE POUR ACHETER DES TRACKERS

 

Vous pouvez investir en trackers sur 3 enveloppes différentes : sur un plan d’épargne en actions (PEA), en assurance-vie et sur compte-titres ordinaire (CTO). Alors quelle enveloppe privilégier pour acheter des trackers ? Pour rappel, vous pouvez détenir autant de CTO et d’assurances-vie que vous souhaitez, mais vous êtes limité à un seul PEA.

 

Investir en trackers sur PEA

 

Le plan d’épargne en actions (PEA) est l’enveloppe à privilégier en raison d’une fiscalité avantageuse et aussi de frais réduits à long terme. En effet, vous ne payez pas de frais de gestion annuels, contrairement à l’assurance-vie. Sachez qu’un grand nombre de trackers sont éligibles PEA, même quand ils concernent des régions hors de l’Europe, tels que ceux présentés dans le tableau plus bas. Concrètement, comment acheter des trackers en PEA ? Nous vous invitons à lire ici comment passer des ordres en PEA.

 

Investir en trackers en assurance-vie

 

L’assurance-vie est également une enveloppe intéressante au niveau fiscal, car vous pouvez éviter de payer l’impôt sur le revenu après les 8 ans de votre assurance-vie. Néanmoins, vous aurez des frais de gestion sur les unités de comptes (les trackers sont considérés comme des unités de compte). Ces frais représentent généralement 0,60 % par an sur les encours dans une bonne assurance-vie. Ceci dit, le fonds euro en assurance-vie permet de sécuriser et de rémunérer votre épargne quand vous voulez vendre vos trackers, ou dans l’attente d’investir progressivement. Nous vous invitons à lire notre comparatif des assurances-vie (Boursorama, Fortuneo, Linxea, etc.) pour plus d’informations.

 

Investir en trackers en compte-titres ordinaire

 

Par ailleurs, le compte-titres ordinaire (CTO) permet aussi d’investir en trackers. Mais la fiscalité n’est pas aussi avantageuse que le PEA, et il n’y a pas la commodité de l’assurance-vie qui permet d’investir aussi en fonds euro à capital garanti.

 

SUR QUELS TRACKERS INVESTIR ? LE CHOIX DE L’ALLOCATION EN TRACKERS

 

Vous vous demandez certainement quels trackers choisir. En effet, il y en a des dizaines, vous avez l’embarras du choix. Pour faire simple et efficace, il faut privilégier les trackers reproduisant la performance des indices boursiers des grandes économies (ou même de l’économie mondiale dans son ensemble, c’est à dire le tracker World). Si vous voulez aller plus loin, nous expliquons en détail dans cet autre article tous les critères à prendre en compte pour bien choisir ses trackers.

 

Diversifier la géographie de son portefeuille actions en trackers éligibles PEA

 

Le tableau ci-dessous liste les trackers les plus populaires pour investir par zone géographique. Tous ces trackers sont éligibles PEA. Et ils sont aussi disponibles sur compte-titres ordinaire (CTO) et sur quelques bonnes assurances vie. Vous pouvez cliquer sur le code ISIN pour accéder à la fiche détaillée du produit. En effet, à chaque fonds et titre en bourse est attaché un code ISIN : l’ISIN est un véritable « numéro de carte d’identité financière ».

 

ZONE GÉOGRAPHIQUE

TRACKER

CODE ISIN

DEVISE

DIVIDENDES

FRAIS ANNUELS

COMPOSITION

 

 

Monde entier

 

Lyxor World (EWLD)

FR0011869353

Capitalisant

0,45 %

Indice MSCI World : USA (66%), Japon (8%), UK (4%), Europe, Canada, etc.

 

 

Monde entier

 

Amundi MSCI World (CW8)

LU1681043599

Capitalisant/

Distribuant

0,38 %

Indice MSCI World : USA (66%), Japon (8%), UK (4%), Europe, Canada, etc.

 

USA

 

Lyxor S&P 500

FR0011871128

Capitalisant

0,15 %

Indice S&P 500 : 500 plus grosses entreprises américaines

 

USA

 

Amundi ETF PEA S&P 500 (PE500)

FR0013412285

Capitalisant

0,15 %

Indice S&P 500 : 500 plus grosses entreprises américaines

 

USA

 

Amundi ETF PEA S&P 500 Daily Hedged (P500H)

FR0013412293

€ hedgé

Capitalisant/

Distribuant

0,28 %

Indice S&P 500 : 500 plus grosses entreprises américaines

 

USA

 

Lyxor PEA Nasdaq 100 (PUST)

FR0011871110

Capitalisant

0,30 %

Indice Nasdaq 100 : Secteur technologique des USA

 

USA

 

Amundi RUSSEL 2000 (RS2K)

LU1681038672

Capitalisant

0,35 %

Indice RUSSEL 2000 : Petites capitalisations américaines

 

Europe

 

Amundi ETF PEA MSCI Europe (PCEU)

FR0013412038

Capitalisant

0,15 %

Indice MSCI Europe : Grandes et moyennes capitalisations européennes

 

Europe

 

BNPP Easy STOXX Europe 600

FR0011550193

Capitalisant/

Distribuant

0,20 %

Indice STOXX Europe 600 : Toutes capitalisations européennes

 

Europe

 

Lyxor EURO STOXX 50

FR0007054358

Distribuant

0,20 %

Indice EURO STOXX 50 : 50 plus grandes capitalisations de la zone Euro

 

Europe

 

BNPP Europe Small Caps

LU1291101555

Capitalisant

0,25 %

Indice MSCI Europe Small Caps : Petites capitalisations européennes

 

Japon

 

Amundi ETF PEA Japan TOPIX (PTPXE)

FR0013411980

Capitalisant

0,20 %

Indice TOPIX : Grandes entreprises japonaises

 

Japon

 

Lyxor TOPIX

FR0011884121

€ hedgé

Capitalisant

0,45 %

Indice TOPIX : Grandes entreprises japonaises

 

Pays émergents

 

Lyxor Emergents (PLEM)

FR0011440478

Capitalisant

0,55 %

Indice MSCI Emerging markets : Chine (46%), Taiwan (13%), Corée (12%), Inde (8%), Brésil (4%), etc.

 

Pays émergents

 

Amundi ETF PEA MSCI Emerging markets (PAEEM)

FR0013412020

Capitalisant/

Distribuant

0,20 %

Indice MSCI Emerging markets : Chine (46%), Taiwan (13%), Corée (12%), Inde (8%), Brésil (4%), etc.

 

Le tableau ci-dessus présente des trackers actions couvrants de grandes zones géographiques : Monde, USA, Europe, Japon et pays émergents. Pour investir sur une zone, vous avez généralement le choix entre les trackers Lyxor (Société Générale) et Amundi (Crédit Agricole) qui sont les 2 principaux émetteurs de trackers en France.

 

Trackers hedgés ou non hedgés ?

 

Notez que l’indice S&P 500 représente les actions américaines en dollars, alors la performance du tracker est sensible au cours de change €/$. Il existe donc des trackers couverts (« hedgés ») contre le risque de change, tel que le tracker Amundi SP500 hedgé.

 

Les trackers hedgés sont un peu plus chargés en frais (liés au delta entre les taux d’intérêt européens de la BCE et américains de la FED), mais ils neutralisent le risque de change entre devises. Par exemple, il peut être utile de choisir un tracker USA hedgé (on se couvre sur l’évolution Euro / Dollar) et un tracker Japon hedgé (on se couvre sur l’évolution euro / yen). Ceci dit, si les taux de la FED sont inférieurs aux taux de la BCE, le coût du hedge Euro / Dollar peut devenir négatif !

 

Sachez que si vous investissez à très long terme (plus de 15 ans) le hedge se justifie moins. Car les mouvements des devises sont cycliques, donc en investissant sur le temps long on ne subit généralement pas ces mouvements.

 

2 allocations de trackers simples et équilibrées pour couvrir le marché mondial des actions
Nous présentons ici deux portefeuilles de trackers faciles à mettre en place. Le premier est le plus facile et conviendra à l’essentiel des épargnants qui souhaitent investir sur les fonds indiciels.

 

Un portefeuille avec un seul tracker World

 

Vous pouvez vous contenter d’investir sur un seul tracker World pour être diversifié en actions au niveau mondial, plutôt que d’acheter des centaines d’actions différentes. Moins de frais d’ordre et plus de diversification. Avec un seul ETF World (Amundi ou Lyxor), on investit sur les 1 650 plus grandes sociétés mondiales.

C’est une solution facile et efficace : une allocation en tracker on ne peut plus « lazy » pour du long terme.

Un portefeuille de 3 ou 4 trackers pour reproduire le tracker World

 

Vous pouvez aussi reproduire le tracker World en le décomposant avec 3 ou 4 trackers :

 

  • 60 % sur les USA (vous pouvez hedger) ;
  • 30 % sur l’Europe ;
  • 10 % sur le Japon (vous pouvez hedger).

 

Cela vous permettra de gérer plus finement, avec des trackers encore plus économiques. Et puis cela peut permettre d’introduire la couverture sur les devises (hedge).

 

Ceci dit, par rapport au tracker World il manquera certains pays, comme le Canada, l’Australie ou Hong Kong. De plus, cela demande un plus gros « budget actions ». Et il faut plus de motivation et de discipline pour rééquilibrer régulièrement (semestriellement) l’allocation entre plusieurs trackers sur le long terme.

 

 

Trackers distribuant ou capitalisant ? La prise en compte des dividendes

 

C’est un point important à regarder avant de valider le choix d’un tracker. Il existe deux types de politique vis-à-vis des dividendes :

 

  • Tracker distribuant : les dividendes sont détachés. C’est à dire que vous percevez dans la poche espèces de votre PEA (ou compte-titres) les dividendes perçus par le fonds indiciel.
  • Tracker capitalisant : les dividendes sont automatiquement réinvestis dans le tracker.

 

QUESTIONS FRÉQUENTES. L’ESSENTIEL À RETENIR

Comment fonctionne un tracker/ETF en bourse ?

 

Le principe des trackers (aussi appelés fonds indiciels ou ETF) est de répliquer la performance d’un indice boursier de référence (CAC 40, Nasdaq, etc.). Par exemple si le CAC 40 fait +10 %, alors le tracker CAC 40 fait également +10 %. En pratique, avec ce tracker on achète tout le CAC 40 en un seul ordre, plutôt que de passer 40 ordres d’achat pour les 40 sociétés composant l’indice. Il s’agit de gestion passive pour coller au marché, au contraire de la gestion active qui cherche à battre le marché. Techniquement, les dividendes des entreprises composant l’indice peuvent être capitalisés ou distribués, dans tous les cas ils reviennent bien à l’investisseur.

 

Quels sont les avantages des trackers ?

 

Plusieurs avantages à investir en trackers plutôt qu’en fonds actifs ou titres vifs. D’abord la diversification, puisqu’avec un tracker on peut investir sur tout un indice (des dizaines voire centaines de sociétés) avec un seul ordre. Ensuite, l’efficacité, car obtenir la performance du marché c’est déjà faire mieux qu’environ 90 % des gérants actifs sur le long terme. De plus, c’est moins chronophage que de chercher un fonds actifs qu’on espère meilleur que les autres de la même catégorie. Enfin, c’est économique car les frais de gestion sont faibles et il n’y a pas de taxe sur les transactions financières (TTF) sur les trackers.

 

Comment investir en tracker ?

 

Il est possible d’investir en tracker via différentes enveloppes : plan d’épargne actions (PEA), assurance vie et compte-titres ordinaire (CTO). Fiscalement, le PEA et l’assurance vie sont les meilleurs choix. Mais il faut bien choisir son assurance vie (en gestion libre ou pilotée) car toutes ne proposent pas des trackers dans leur choix d’unités de compte. En pratique par rapport au PEA, l’assurance vie offre l’avantage de se replier sur fonds euro sécurisé et rémunéré, mais il y a des frais de gestion assureur annuels.

 

Pourquoi les frais de gestion des trackers sont-ils plus faibles que les fonds actifs ?

 

Le principe d’un tracker (on parle aussi de fonds indiciel) est de reproduire la performance d’un indice de référence. Cet objectif peut être accompli avec un seul ingénieur financier, car la gestion est en grande partie automatisée. C’est économique en termes de masse salariale. A contrario, les fonds de gestion actifs paient des équipes d’analystes financiers pour réaliser le travail approfondi d’analyse des entreprises cotées et de sélection des actions considérées comme plus prometteuses que les autres.

 

Pourquoi la performance des trackers est-elle en moyenne supérieure à celle des fonds actifs ?

 

Les études montrent que les trackers (ETF) offrent en moyenne une performance supérieure à celle des fonds de gestion active, et d’autant plus sur le long terme. Cela s’explique notamment en raison des très faibles frais de gestion qui s’appliquent sur les trackers. Les fonds de gestion actifs dans leur majorité ne parviennent pas à compenser leurs coûts de fonctionnement plus élevés (essentiellement les équipes d’analystes financiers). En moyenne 2 % de frais supplémentaires par an pour les fonds actifs, ce qui pèse lourd à long terme. De plus, la multiplication des mouvements des gérants actifs s’avère généralement contreproductive à long terme (mauvais choix tactiques et stratégiques) et ils ne parviennent que très rarement à surperformer leur indice de référence.

 

Quels sont les trackers les plus populaires ?

 

2 trackers se partagent la vedette en France, pour suivre l’indice MSCI World et investir avec un seul ordre sur les 1600 plus grandes sociétés du monde. Il s’agit des trackers World de Lyxor (EWLD) et Amundi (CW8). Par ailleurs, il y a des modes sur des trackers sectoriels (technologie, immobilier, énergie, matières premières, etc.) mais ce sont plutôt des achats « de conviction ».

 

Faut-il privilégier les trackers capitalisant les dividendes ?

 

Vis-à-vis des dividendes, il existe 2 types de trackers : ceux capitalisant les dividendes (qui sont automatiquement réinvestis dans le tracker) et ceux distribuant les dividendes. Ceci dit, in fine c’est toujours l’investisseur qui gagne les dividendes.

 

Le choix du type de tracker dépend du compte sur lequel les trackers sont logés. Si les trackers sont logés sur un compte-titres ordinaire (CTO), opter pour un tracker capitalisant permet de limiter le frottement fiscal (car les dividendes non distribués sont pleinement réinvestis par le fonds). À l’inverse, si les dividendes sont détachés sur le CTO, l’investisseur devra payer l’impôt sur les dividendes dans l’année, ce qui n’est pas le cas si le tracker est logé au sein d’un plan d’épargne en actions (PEA) ou d’une assurance vie. En phase de consommation, le rentier peut apprécier la politique de distribution des dividendes.

 

Pour investir en actions sur le long terme, les trackers sont la solution la plus pragmatique : plus de performance avec moins de temps passé à gérer. Ainsi, vous pourrez vous concentrer sur ce qui vous importe le plus : votre vie de famille, votre carrière, etc. Un PEA avec 2, 3 ou 4 trackers conservés sur le long terme peut suffire, choisissez donc le meilleur PEA ! Et si vous préférez déléguer plutôt que d’investir de façon autonome, Yomoni est une excellente assurance-vie en gestion pilotée investie en trackers. Le temps est votre allié, il faut seulement être discipliné sur le long terme.

 

Par ailleurs, vous n’allez certainement pas investir tout votre patrimoine en actions. Ainsi il est recommandé de diversifier en fonds euros sécurisés

Translate »