Qu’est-ce que la Blockchain ?

Qu'est-ce que la Blockchain ?

La blockchain, ou chaîne de blocs (attention, cela ne s’écrit pas blockchaine), désigne originellement la structure de données utilisée par Bitcoin pour lister l’ensemble des transactions réalisées par ses utilisateurs depuis son commencement : les transactions sont regroupées dans des blocs chaînés entre eux, et des blocs sont rajoutés à la chaîne au cours du temps. Ce registre est partagé entre les membres d’un réseau, d’où le fait qu’on parle parfois de registre distribué.

Depuis 2015, la blockchain désigne également la technologie de consensus décentralisé remise au goût du jour par Bitcoin. Cette technologie désigne donc l’ensemble des méthodes permettant aux participants d’un réseau distribué de se mettre d’accord sans recourir à un tiers de confiance. Dans cet article nous expliquons la blockchain pour les nuls afin que vous puissiez tout comprendre à cette « révolution ».

 

D’où vient la blockchain ?

Le concept de blockchain tel qu’on le connaît aujourd’hui a été inventé par Satoshi Nakamoto et décrit au sein du livre blanc de Bitcoin le 31 octobre 2008. Satoshi Nakamoto n’a néanmoins pas forgé le terme et on doit cela à Hal Finney, qui l’a utilisé pour la première fois dans sa réponse à Satoshi du 7 novembre 2008 pour désigner la chaîne de preuve de travail de Bitcoin. Il l’orthographiait alors « block chain », en deux mots. Le terme a ensuite été repris par Satoshi dans le code source de la version 0.1 de Bitcoin, et il s’est progressivement popularisé au sein de la communauté.

Cependant, la technologie derrière la blockchain n’a pas été entièrement créée avec Bitcoin et les éléments qui la composent sont bien plus anciens qu’on ne le croit : la blockchain est en effet le fruit de nombreuses années de recherche en économie, en informatique et en cryptographie.

La blockchain promeut l’idée de la décentralisation, qui, sans surprise, s’oppose à la centralisation. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où la majorité des choses qui nous entourent sont centralisées. Elles sont régies par les États, les banques, les grandes entreprises… Nous leurs faisons confiance, ou non, mais nous ne pouvons pas nous passer d’elles. Ces acteurs auxquels nous nous référons sont ce qu’on appelle des tiers de confiance. La blockchain, elle, fonctionne sans autorité centrale.

Bitcoin, qui utilise la technologie blockchain, permet de se passer de tiers de confiance pour la transmission de valeur entre deux entités. C’est la première application concrète de cette technologie. Il est maintenant possible, grâce à Bitcoin et à la blockchain, de transférer de la valeur sur internet entre deux entités sans intermédiaire.

Cela était beaucoup plus compliqué avant.

Par exemple, si vous envoyez un fichier à un ami sur internet, ce dernier est dupliqué. Vous possédez une copie du fichier et votre ami aussi : le fichier n’est pas unique. Le fichier ne part pas d’un point A pour arriver à un point B. Il reste au point A et une copie apparaît au point B. Cela ne peut donc pas fonctionner pour de la monnaie. Quand vous donnez 1 euro à votre boulanger pour acheter une baguette, une copie de la pièce ne reste pas dans votre poche. La pièce n’est pas dupliquée, elle est unique, elle quitte votre porte-monnaie pour aller dans la caisse du boulanger.

Il était donc impossible d’utiliser les systèmes de transferts de valeur existants sur internet dans le cadre de la mise en place d’un système monétaire sur le web. La monnaie aurait perdu de la valeur, car à chaque échange elle aurait été dupliquée. Toute la difficulté était donc de réussir à créer une monnaie sur internet qui puisse fonctionner comme dans la vie de tous les jours.

Grâce à Bitcoin, cela est maintenant possible. Un système monétaire fonctionnel, fiable et sans tiers de confiance a vu le jour.

Nous verrons beaucoup d’autres applications de la blockchain dans cet article, et vous en trouverez également dans de nombreux autres articles de notre site.

Avant d’aller plus loin, il ne faut pas oublier que la blockchain n’est, à l’origine, qu’une composante de Bitcoin. Gardez cela à l’esprit 🙂

C’est quoi la blockchain ?

La blockchain, ou chaîne de blocs en français, peut être comparée à un grand livre numérique qui est entretenu par un réseau d’ordinateurs. Des données sont alors ajoutées à ce grand livre en temps réel et sont visibles par tous les participants.

Lorsqu’une transaction est effectuée sur la blockchain, elle est ajoutée à un bloc. Ce bloc contient toutes les transactions qui se sont déroulées au cours des dernières minutes (10 minutes pour le réseau Bitcoin) et qui ont été partagées avec l’ensemble du réseau d’ordinateurs.

Les participants au réseau sont connus sous le nom de nœuds. Certains de ces nœuds participent à la vérification du registre : ce sont les validateurs. Différents protocoles existent afin de sécuriser la blockchain ce qui va influer sur le nom qu’on donne à ces validateurs : ils seront ainsi appelés des mineurs dans le cas où la blockchain utilise la preuve de travail (ou proof-of-work en anglais), ou des forgeurs dans le cas où la blockchain utilise la preuve d’enjeu (ou proof-of-stake en anglais). Pour en apprendre davantage à ce sujet, consultez notre article sur les différences entre la preuve de travail et la preuve d’enjeu. Afin de simplifier les choses, nous nous concentrerons ici sur la preuve de travail et donc les mineurs.

Il ne faut pas confondre les mineurs avec les utilisateurs de la blockchain.

Dans le cas de Bitcoin, les mineurs sont en concurrence pour résoudre des « énigmes cryptographiques » ce qui permet de valider les transactions. Le premier mineur à résoudre l’énigme reçoit une récompense pour son travail qui, rappelons-le, permet la sécurisation et le maintien du réseau. L’énigme est extrêmement difficile à résoudre et cette difficulté augmente dans le temps. Ainsi, les mineurs doivent utiliser des ordinateurs puissants pour résoudre ces calculs.

La validation des transactions correspond à leur inclusion et leur horodatage au sein d’un bloc. Cela va ensuite permettre de relier les blocs nouvellement validés à d’anciens blocs validés. Il se forme une chaîne de blocs contenant chaque transaction effectuée sur la blockchain.

Cette chaîne est mise à jour et est accessible à tous les membres du réseau. La décentralisation qui en découle permet une totale transparence et immutabilité. Ainsi, tout un chacun a la possibilité de visualiser les données disponibles sur le réseau blockchain.

 

Translate »