logo

Select Sidearea

Populate the sidearea with useful widgets. It’s simple to add images, categories, latest post, social media icon links, tag clouds, and more.
hello@youremail.com
+1234567890

George Soros

BIOGRAPHIE

Jeunesse

George Soros, né György Schwartz, est le fils de l’écrivain espérantophone Tivadar Soros, né Teodoro Ŝvarc (transcription espéranto de « Schwartz ») dont l’œuvre Maskerado ĉirkaŭ la morto écrite originellement en espéranto et qui relate ses expériences pendant l’occupation nazie à Budapest a été traduite dans plusieurs langues (anglais, russe, allemand, hongrois et turc). Cependant George et son frère Paul ne semblent pas être des espérantophones natifs2.

Il naît en Hongrie. Il a 13 ans quand l’Allemagne nazie envahit la Hongrie, en mars 1944. Bien que sa famille soit juive, il échappe à la déportation grâce à la protection d’un employé de ministère qui le fait passer pour son filleul3. Ce représentant du ministère de l’Agriculture appelé Baumbach était chargé de dresser l’inventaire des biens confisqués aux juifs, ce qui valut à Soros par la suite des accusations infondées d’avoir pris part, adolescent, à la spoliation des biens juifs sous l’occupation nazie4.

Il quitte la Hongrie en 1947 en participant d’abord au 32e congrès mondial d’espéranto qui se déroule à Berne, puis juste après au 3e congrès international de la jeunesse à Ipswich dans l’est de l’Angleterre, pays dans lequel il s’installe. Il entreprend alors des études d’économie à la London School of Economics et obtient un bachelor of science en 1951 et un PhD en 1954 en philosophie. Il commence à travailler la même année dans une petite maison de courtage de la City londonienne fondée par deux associés hongrois5. Parallèlement il accepte des petits boulots tels que maître nageur, vendeur de souvenirs, porteur de bagages.

Débuts dans la finance

Il se rend aux États-Unis en 1956 pour, selon ses dires, gagner assez d’argent à Wall Street pour devenir écrivain et philosophe. Il travaille successivement comme analyste dans plusieurs petites sociétés financières : F.M. Mayer and co, Wertheim and co puis Arnold and S. Bleichroeder. Chez ces derniers, il est analyste et gère pour la première fois un fonds d’investissement d’arbitrage sur les matières premières.

Il crée en 1969 son premier propre fonds offshore dans les Antilles, à Curaçao, le fonds Quantum Fund of Funds. Il gère son fonds depuis New York avec sa société de gestion le Soros Fund Management LLC.

Il investit dans son fonds ses propres économies en plus de l’argent de ses premiers investisseurs qui sont principalement la Banque Rothschild Paris et Heldring & Pierson. Le fonds spécule successivement sur le marché actions obligataires puis les devises surtout à partir de 1973 avec la fin du système de taux change fixes6.

Dans la première partie de sa carrière, il fait le pari de l’explosion de la bulle financière sur les actions japonaises de la seconde partie des années 1980, mais trop tôt pour gagner de l’argent.

Activités financières

Des mois avant septembre 1992, George Soros avait construit une énorme position de vente à découvert en livres sterling. Il avait repéré la position défavorable du Royaume-Uni dans le mécanisme de taux de change européen. Pour George Soros, le taux d’entrée du Royaume-Uni dans le mécanisme de change européen était trop élevé, son inflation était également beaucoup trop élevée (triple du taux allemand), et les taux d’intérêt britanniques nuisaient aux prix de ses actifs7. Le 16 septembre 1992, jour du « mercredi noir », le fonds de George Soros avait vendu à découvert plus de 10 milliards de dollars en livres sterling, profitant de la réticence du gouvernement britannique à relever ses taux d’intérêt à des niveaux comparables à ceux d’autres pays du mécanisme de change européen ou à laisser flotter sa monnaie. Quand le Royaume-Uni s’est retiré du mécanisme de taux de change européen, dévaluant la livre, le profit de George Soros sur le pari a été estimé à plus d’un milliard de dollars8. Il a été surnommé « l’homme qui a cassé la Banque d’Angleterre ». Le coût estimé de ce « mercredi noir » pour le Trésor britannique a été de 3,4 milliards de livres sterling9. La valeur du fonds Quantum a augmenté presque instantanément de 15 à 19 milliards de dollars lorsque la livre a été introduite sur le marché libre. Quelques mois plus tard, le fonds valait près de 22 milliards de dollars10.

En 2016, convaincu que les marchés dégringoleraient après l’élection de Donald Trump, il parie à la baisse sur l’évolution des indices américains. Il perd dans les semaines qui suivent près d’un milliard de dollars sur les marchés11.

Revenus et patrimoine

George Soros a gagné 3,3 milliards de dollars en 200912.

En quarante ans, George Soros accumule une fortune estimée à vingt milliards de dollars en 2012, selon le classement du magazine Forbes (22e fortune du monde). Il reconnaît pourtant que le système financier actuel est néfaste pour le développement des pays les plus pauvres.

Soros a plusieurs résidences : il vit à New York dans un appartement de seize pièces dans l’Upper East Side et possède deux propriétés aux États-Unis, l’une à Southampton (Long Island) et l’autre à Bedford (Comté de Westchester)13.

POLÉMIQUES ET CONDAMNATION

Polémiques à propos de spéculations

En 1999, l’économiste Paul Krugman a critiqué l’influence de George Soros sur les marchés financiers : « Nul qui a lu un magazine économique au cours des dernières années ne peut ignorer que de nos jours, il y a vraiment des investisseurs qui non seulement transfèrent de l’argent en prévision d’une crise monétaire, mais font de leur mieux pour déclencher cette crise pour le plaisir et le profit. Ces nouveaux acteurs sur la scène n’ont pas encore de nom standard ; mon terme proposé est « Soroi » »14.

George Soros a été critiqué pour avoir spéculé contre les bandes de fluctuation du SME (Système monétaire européen), qu’il critiquait comme enrichissant mécaniquement la spéculation et l’encourageant. Les bandes de fluctuations ont été élargies en juillet 1993, à 15 % contre 2,25 %, après ces spéculations, qui ont valu à Georges Soros un ressentiment important de la part de tous les partisans français du « franc fort », ainsi qu’en Grande-Bretagne, où il avait auparavant spéculé contre la livre[réf. nécessaire].

Ses détracteurs l’accusent de spéculer sur l’euro comme il l’avait fait avec la livre sterling. Ils le soupçonnent donc d’être en partie à l’origine des crises financières européennes actuelles, ceci afin de prêter par la suite de l’argent à l’Europe à des taux d’intérêt très élevés[réf. nécessaire].

Ses détracteurs critiquent le rôle joué par George Soros à travers son fonds d’investissement Quantum Fund, domicilié à Curaçao (Antilles néerlandaises) — un paradis fiscal15 régulièrement dénoncé par le Groupe d’action financière sur le blanchiment des capitaux (GAFI), qui regroupe plusieurs gouvernements, comme étant l’un des centres de blanchiment d’argent issu du narcotrafic16. En opérant à partir de Curaçao, George Soros n’a pas uniquement évité de payer des impôts, mais il a aussi caché la nature de ses investisseurs et l’utilisation de leur argent. Pour autant, aucune accusation de blanchiment n’a jamais été formulée contre lui[réf. nécessaire].

En octobre 2017, alors que George Soros transfère une partie de sa fortune, 18 milliards de dollars, à la fondation Open Society Foundations, des médias font observer que cette opération lui permet de minimiser une facture fiscale que les gestionnaires de fonds spéculatifs devaient affronter cette année : en effet, les gestionnaires de fonds avaient jusqu’à la fin 2017 pour payer les impôts sur les honoraires qu’ils avaient gagnés des investisseurs dans des fonds offshore et dont le paiement avait été différé. Le fait de se tourner vers les dons de bienfaisance – y compris vers leurs propres fondations – aide à compenser les prélèvements à venir17.

Condamnation pour délit d’initié

Condamné pour délit d’initié dans l’affaire de la Société générale qui avait vu le gouvernement socialiste de la fin des années 1980 fermer les yeux sur la tentative d’OPA menée par Georges Pébereau et Robert Lion, président de la Caisse des dépôts, sur une banque privée, Soros se pourvoit en cassation. Le jugement est toutefois confirmé18 et il est condamné à payer une amende de 940 500 euros. Ayant fait un recours auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme en 2011 en alléguant une violation de l’article 7 de la Convention européenne des droits de l’Homme19, il en est débouté20.

Paradise Papers

En 2017, George Soros est cité dans les Paradise Papers : client du cabinet d’avocats Appleby21, spécialisé dans les stratégies d’optimisation fiscale, il dirige des fonds de placement qui ont utilisé de nombreuses sociétés offshore22.

ACTIVITÉS PHILANTHROPIQUES ET POLITIQUES

George Soros est le disciple de Karl Popper avec qui il entretenait une correspondance. Le nom de sa fondation, Open Society Foundations, est d’ailleurs une référence à l’ouvrage de Popper, La Société ouverte et ses ennemis. George Soros utilise une partie de sa fortune pour des activités philanthropiques, mais également en soutien de certaines organisations politiques. En raison de ses origines hongroises, son rôle dans la transition de l’Europe ex-communiste est parfois critiqué comme une forme d’ingérence politique.

Depuis l’élection de Donald Trump, Open Society Policy Center, le groupe de lobbying connecté à George Soros a dépensé près de 100 millions de dollars, dont 48 millions de dollars rien qu’en 201923.

Philanthropie à l’échelle mondiale

George Soros aurait consacré, selon les calculs de la revue américaine Worth, 2 milliards de dollars à ses fondations présentes dans plus de 30 pays24. En 1979, Soros aida financièrement les étudiants noirs de l’université du Cap en Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid. Lors de l’éclatement de l’Union Soviétique, George Soros est connu pour avoir proposé à chaque scientifique la somme de 500 dollars pour ne pas partir vendre leur savoir au plus offrant, notamment à cause des risques de diffusion de technologies nucléaires.

En 1991, George Soros est à l’initiative de la création de l’université d’Europe centrale en Hongrie, visant à favoriser l’émergence d’une élite centre-européenne au moment où l’Union Soviétique s’effondre25. Il fonde en 1993 l’Open Society Institute, devenu Open Society Foundations en 2010, dont l’objectif affiché est de promouvoir le développement des sociétés démocratiques et ouvertes. Ces investissements sont principalement destinés aux pays en voie de développement ou en cours de reconstruction sociale : pays de l’ancienne Union soviétique, Afrique, Amérique du Sud, Asie. Il s’est aussi engagé à donner 250 millions de dollars à l’université d’Europe centrale. En 2009, la fondation de Soros a financé une étude sur le contrôle au faciès en France. Cette étude a été menée par des chercheurs du CNRS26. En 2011, la fondation finance une étude controversée sur des discriminations dont seraient victimes les musulmans de Marseille27. L’étude est notamment critiquée par le journal local La Provence, en particulier pour sa méthodologie, alors que Mars Actu prend sa défense28,29.

En 2012, sa fondation fait un don de 35 000 euros au Collectif contre l’islamophobie en France30.

George Soros a donné un million de dollars pour une proposition qui vise à légaliser la marijuana en Californie, État américain où le cannabis à usage médical est autorisé depuis 199631. Quatorze autres États ont adopté des mesures en faveur d’un certain degré de décriminalisation du cannabis32.

George Soros finance également à hauteur de 100 millions de dollars Human Rights Watch, sur 10 ans, à partir de septembre 2010. L’ONG s’est quant à elle engagée à trouver un dollar de don pour chaque dollar prêté par l’Open Society Foundations33. Il finance Avaaz.org à ses débuts, entre 2007 et 2009, auquel d’aucun ont reproché un manque de neutralité de ses pétitions34,35. En avril 2017, il participe au financement de la surveillance des fake news par le site allemand Correctiv à hauteur de 100 000 euros36.

Prise de position sur les GAFAM

En janvier 2018 au WEF de Davos, il attaque les GAFAM et en particulier Google et Facebook qui par leur montée en puissance et leur comportement monopolistique sont pour lui une menace pour la société et le fonctionnement de la démocratie37,38. Selon lui, ces entreprises pourraient à terme parvenir à « un contrôle totalitaire de l’internet, tel que même Aldous Huxley ou George Orwell n’auraient rien pu imaginer de pareil »39.

Soutien aux démocrates américains

George Soros est l’auteur de plusieurs livres, dont The Bubble of American Supremacy, qui est une critique virulente contre l’administration Bush. En 2004, il investit 12 millions de dollars pour s’opposer à la réélection de George W. Bush (soutenant son adverse démocrate John Kerry40), ce qui peut étonner, sachant que c’est lui qui sauva Bush de la faillite en 1990[réf. nécessaire], et qu’il fait partie des très nombreux investisseurs du Groupe Carlyle de George Bush père. Ce groupe gère le portefeuille de la famille Bush, et est le 11e fournisseur du Pentagone.

Fervent soutien d’Hillary Clinton, dont il est l’un des plus importants donateurs pendant la campagne électorale américaine de 2016, il s’investit très activement contre Donald Trump par la suite41. Le New York Times montre ainsi que George Soros soutient financièrement plus de 50 « partenaires » de la Marche des femmes qui a lieu à Washington le jour de la prise de fonction du nouveau président américain. Pour le quotidien, cette marche de protestation présentée comme une « marche des femmes » est avant tout une marche des femmes qui sont anti-Trump42.

Guerre d’Irak

george Soros a financé une étude de la prestigieuse revue scientifique The Lancet sur le nombre de victimes durant la guerre d’Irak43. Cette étude, réalisée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et dirigée par Les Roberts, professeur d’épidémiologie à l’université Columbia, indique que la guerre d’Irak a causé 650 000 morts. The Times cite une autre étude du The New England Journal of Medicine, basée sur des hypothèses plus prudentes, qui évoque le chiffre d’au moins 151 000 victimes.

Construction européenne et Brexit

En octobre 2011, George Soros adresse une lettre ouverte aux dirigeants de la zone euro publiée dans le Financial Times44, les sommant de répondre à la crise de la monnaie unique par plus d’Europe. La lettre a été signée par 95 autres personnalités européennes comme Javier Solana, Daniel Cohn-Bendit, Andrew Duff, Massimo D’Alema ou Emma Bonino.

George Soros apporte son soutien financier à une campagne anti-Brexit en février 2018. Selon le Daily Telegraph, l’homme d’affaires a injecté 400 000 livres dans une campagne intitulée « Best for Britain », dont l’objectif est d’inciter les parlementaires britanniques à ne pas ratifier l’accord du Brexit45.

Attaques par l’extrême droite

Depuis les années 1990, George Soros est régulièrement pris à partie par les sphères d’extrême droite comme « la figure emblématique du riche Juif qui cherche à influencer la marche du monde »46.

En 2016, le Front national publie un communiqué pour s’indigner du soutien de George Soros à la Ligue des droits de l’homme47. En mai 2018, Valeurs actuelles lui consacre sa une en le présentant comme « le milliardaire qui complote contre la France » et « le militant de la subversion migratoire et de l’islamisme »47. Mediapart estime que les propos du magazine reprennent « tous les poncifs de l’antisémitisme […], dans une prose qui fleure bon les années 1930 », et juge cette focalisation sur George Soros « calquée sur les orientations prises par le premier ministre hongrois Viktor Orbán » ; le journal en ligne considère également qu’« il pourrait bien être l’ennemi commun capable de fédérer les extrêmes droites européennes »47.

Accusations d’ingérence en Europe centrale et orientale

En Europe centrale et dans les Balkans, plusieurs gouvernements conservateurs accusent depuis les années 2000 George Soros et les ONG financées en partie par l’Open Society Foundations (OSF) de vouloir les déstabiliser, au nom de l’antinationalisme. Cette critique se cristallise à travers deux séquences : la multiplication des révolutions de couleur dans le Caucase et en Europe orientale dans les années 2000 ainsi que la Crise migratoire en Europe depuis 2015. Plusieurs personnalités politiques dirigeantes réputées proches de la Russie ont repris ces accusations.

« Révolutions de couleur » et relations Europe-Russie

Manifestation anti-Soros le 28 septembre 2005 à Tbilissi, en Géorgie.

D’après Rudy Reichstadt, les révolutions de couleur trouvent leurs origines dans l’action du mouvement étudiant serbe Otpor qui a contribué à la chute de Slobodan Milošević en l’an 2000. Celle-ci s’est inspirée des techniques de contestation non-violente théorisées par le politologue américain Gene Sharp dans son ouvrage De la dictature à la démocratie (1993), et a été soutenue par des ONG américaines48. Otpor aurait ainsi reçu le soutien de George Soros via la National Endowment for Democracy, l’Open Society Foundations (OSF, anciennement Open Society Institute, OSI) et Freedom House, afin d’entraîner des militants du monde entier à renverser des gouvernements opposés aux intérêts des États-Unis49.

Les opposants aux révolutions de couleur, mais aussi des personnalités comme l’ancien secrétaire adjoint au Trésor de l’administration Reagan, Paul Craig Roberts, accusent la fondation Soros et/ou le gouvernement américain de soutenir et même « d’organiser les révolutions » dans le but de « servir les intérêts occidentaux ». Après la révolution orange plusieurs pays d’Asie centrale menèrent des actions contre l’Open Society Institute (OSI) de George Soros de différentes façons — l’Ouzbékistan, par exemple, obligea les bureaux régionaux de l’OSI à fermer quand les médias tadjikes, contrôlés par le pouvoir, accusèrent l’OSI du Tadjikistan de corruption et de népotisme.

En Ukraine, George Soros déclare à la chaîne de télévision CNN en mai 2014, que sa fondation a pris une part importante dans les événements d’Euromaïdan entre l’automne 2013 et le printemps 201450. Il s’agit de l’International Renaissance Foundation créée en Ukraine en 1990.

En 2015, il appelle l’Europe à prêter à l’Ukraine une somme de l’ordre de 20 milliards de dollars, car « l’attaque de la Russie contre l’Ukraine est indirectement une offensive contre l’UE et ses principes de gouvernance. […] Les membres de l’UE sont des pays en guerre, et ils doivent commencer à agir comme tels, c’est-à-dire modifier leur engagement en faveur de l’austérité budgétaire, et reconnaître qu’il vaut mieux pour eux aider l’Ukraine à se défendre plutôt qu’espérer ne pas avoir à défendre l’UE eux-mêmes51. »

Retentissements centre-européens de la crise des réfugiés de 2015

En Hongrie, le Fidesz du Premier ministre Viktor Orbán fait de George Soros son « premier opposant »52 depuis 2016. Le gouvernement hongrois prend ainsi en 2017 une série de mesures restrictives à l’encontre des organisations que l’Open Society Foundations soutient financièrement53,54, dont l’université d’Europe centrale à Budapest55. Parallèlement à cette initiative, le mouvement de jeunesse du Fidesz – Fidelitas – lance une campagne d’affichage dépeignant les leaders des principaux partis d’opposition – László Botka et Gábor Vona – comme les marionnettes de George Soros56. À l’automne de la même année, l’exécutif hongrois dévoile sa campagne pour une consultation nationale contre un « plan Soros », lequel viserait à islamiser l’Europe par l’immigration forcée56. George Soros adresse un démenti le 21 novembre 2017 dans une vidéo où il s’exprime en hongrois57. Il y accuse Viktor Orbán de l’utiliser comme bouc-émissaire, afin de détourner l’attention de l’« État mafia » qu’il construirait en Hongrie.

La campagne hongroise anti-Soros a eu un certain retentissement dans les autres pays de la région. Au printemps 2017, le Premier ministre roumain, Victor Ponta, exprime son soutien à son homologue hongrois Viktor Orbán, en déplorant qu’il existe « des systèmes de pouvoir parallèles à celui des autorités politiques dans les démocraties post-1989 »58. Durant la même période, le chef de l’exécutif macédonien, Nikola Gruevski, et son parti (VMRO-DPMNE) expriment des critiques similaires, érigeant même George Soros comme « ennemi de la nation »59,60.

Viktor Orbán reçoit, en juillet 2017, le soutien du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, ce malgré la prise de position quelques jours plus tôt, de l’ambassadeur d’Israël à Budapest Yossi Amrani contre la campagne gouvernementale d’affichages anti-Soros indiquant que la campagne « évoque de tristes souvenirs mais sème aussi la haine et la peur »61, mais aussi de l’émoi suscité par ces attaques ad personam au sein de la diaspora juive magyarophone46,62. Pour Benyamin Netanyahou, George Soros « porte atteinte aux gouvernements israéliens démocratiquement élus en finançant des organisations qui diffament l’État juif et cherchent à lui nier le droit à se défendre »63. En février 2018, Benyamin Netanyahou accuse George Soros de manipuler les manifestations lui demandant de renoncer à l’expulsion de migrants et demandeurs d’asile africains, ce que George Soros dément46.

Le 15 mai 2018, sa fondation Open Society annonce quitter la Hongrie – où elle est présente depuis plusieurs décennies – et déménager ses activités à Berlin, en réaction aux politiques « répressives » du gouvernement de Viktor Orbán. George Soros déclare : « Il est devenu impossible de protéger la sécurité de nos opérations et de notre personnel en Hongrie contre l’ingérence arbitraire du gouvernement ». La fondation indique qu’elle dépensait environ un million de dollars chaque année en Hongrie pour soutenir une trentaine d’ONG64.

LES INVESTISSEMENTS DE GEORGE SOROS POUR UNE SOCIÉTÉ OUVERTE

Mots clefs : Proposer un nouveau projet de société | Europe | Ex-yougoslavie | Afrique du Sud

Au début de cette année, le financier George Soros a exposé à Moscou son nouveau projet qui prévoit la mise en place de centres serveurs Internet dans trois grandes villes russes : Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk. Ils devraient être les premiers éléments d’« un système unifié qui constituera le noyau du réseau international Internet en Russie ». L’objectif est de relier au « réseau des réseaux » (le « Web ») les hôpitaux, les bibliothèques, les écoles et les instituts scientifiques à travers le pays. G. Soros aurait précisé à l’un des responsables de l’Académie russe des sciences, qu’il a l’intention de créer une fondation internationale Internet dont la vocation serait de parrainer des groupes d’utilisateurs (scientifiques, lycéens, enseignants, médecins, etc.) financièrement incapables de se connecter à Internet.

Cette information, qui précise également que c’est un budget de 22 millions de dollars que Soros consacrera à la Russie en 1996, a été l’occasion de rappeler ce que le milliardaire a déjà apporté à ce pays. En particulier, en 1992, avec la création de l’International Science Foundation, destinée à aider les scientifiques de haut niveau ayant massivement perdu leur emploi depuis la fin de l’Union soviétique. Plus de 30 000 chercheurs auraient reçu une bourse de 500 dollars, supérieure à leur salaire annuel.

C’est en 1979, dix ans après avoir créé le « Quantum fund », son fond d’investissement sur les marchés des capitaux qui fera sa fortune, que Soros a décidé d’exercer sa philanthropie au moyen de l’« Open Society Fund » et de commencer en distribuant des bourses à des étudiants noirs en Afrique du sud. En 1984, était créée, en Hongrie, la première des 25 Fondations Soros dont la plupart seront localisées dans les Etats d’Europe de l’Est nouvellement libérés de la tutelle soviétique. En 1991, était fondée à Budapest la Central Europe University à laquelle sont consacrés actuellement 10 millions de dollars par an. Dans le même temps, vitale a été la générosité de Soros pour la Bosnie, où 70 millions de dollars ont été dépensés pendant la période de la guerre, ainsi que pour la Macédoine, littéralement sauvée par une aide qui aurait atteint 120 millions de dollars pour la seule année 1994.

Ce qui distingue George Soros des autres philanthropes américains tels les Rockefeller, Ford et Carnegie, c’est, d’une part, le fait qu’il distribue ainsi son argent à la fleur de l’âge et au sommet de sa fortune, là où les autres le font pour la plupart à titre posthume à travers des fondations profitant d’une fiscalité favorable, d’autre part, la nature même de son ambition qui n’est rien moins que de sauver le monde ! Il s’est organisé pour pouvoir y consacrer 300 millions de dollars par an et ce, bien au-delà de la fin de ce siècle.

La philosophie de George Soros reste marquée par le souvenir de la guerre puis du totalitarisme communiste en Europe centrale. Plusieurs traits principaux peuvent en être soulignés :

  • ouvrir la société ( « J’ai toujours été préoccupé par les différences entre les sociétés fermées que j’ai fuies et les sociétés ouvertes dans lesquelles j’ai choisi de vivre. ») et privilégier le savoir (« Dans une société ouverte doit être donnée la possibilité de penser et de créer. ») ;

  • saisir des opportunités (« L’effondrement du communisme a été une véritable révolution, et une révolution crée des opportunités. » ou, à propos de la nouvelle situation mondiale ainsi créée, « Nous avons manqué une occasion et maintenant nous allons avoir quarante ans de traversée du désert. ») ;

  • être réaliste face au monde (« La philanthropie ne va pas de soi. Notre civilisation est fondée sur la recherche de l’intérêt personnel et non sur une quelconque considération pour les intérêts des autres. »). Dans un récent article publié par le Times de Londres, il résumait, en quelque sorte sa méthode : « Je ne cherche pas de profit en Europe de l’Est et je n’agis pas en tant qu’institution philanthropique sur les marchés financiers. »

COMMENTAIRE

George Soros ne peut laisser indifférent ! En 1995, le Time Magazine lui consacrait une couverture avec le titre : « Le milliardaire qui voudrait sauver le monde… et peut presque se le permettre », et le présentait également comme « investisseur et philanthrope ». En même temps, sa réputation de spéculateur est bien établie et suscite d’importantes réserves.

Pourtant, l’intérêt que lui manifestent nombre d’organes de presse est aussi le reflet de l’importance des activités philanthropiques de ce financier. Il m’a été donné en plusieurs lieux de rencontrer des bénéficiaires de cette aide, d’en constater les effets concrets en même temps que l’éclectisme. Considérer son auteur comme un « Plan Marshall » à lui tout seul n’est pas faux si l’on en juge par ce qu’il réalise dans ce registre, parfois à la place des gouvernements, tandis que des spécialistes et des observateurs de la situation à hauts risques des pays de l’Est, et de la Russie en particulier, recommandent que des efforts proportionnés à l’enjeu soient consentis !

Demeurent pour beaucoup la question de l’origine de cette manne que dispense George Soros, et pour certains celle des intérêts que sert une telle pratique ! La manière dont sont générés ces revenus fait incontestablement partie du paysage économique d’aujourd’hui et nourrit la contestation d’une certaine mondialisation. Comment une telle logique financière et une telle logique de solidarité peuvent-elles cohabiter ? La réponse ne peut-elle être qu’affaire de « morale » lorsque c’est à la fois une telle utilisation du « nerf de la paix » et l’efficacité de politiques qui sont en cause ?

Translate »